Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  

Production : Pierre Javaux (PJP), Bac Films
Distribution : Bac films
Réalisation : Marc Esposito
Scénario : Marc Esposito
Montage : Benoît Alavoine
Photo : Pascal Caubère
Musique : Béatrice Thiriet
Durée : 107 mn
 

Gérard Darmon : Jeff
Jean-Pierre Darroussin : Manu
Bernard Campan : Antoine
Marc Lavoine : Alex
Fabienne Babe : Lili
Ludmila Mikaël : Françoise
Zoé Félix : Elsa
Alice Taglioni : Anette
 

 
 
Le coeur des hommes


France / 2003

02.04.03
 

Premier film de Marc Esposito, ancien directeur de Première et fondateur de Studio (à la grande époque), Le coeur des hommes est décrit par son auteur lui-même comme un « film de groupe », le résultat d’une cohésion parfaite de ses interprètes devant, mais aussi derrière la caméra. Véritable film d’acteurs, Le coeur des hommes révèle sur la pellicule une amitié telle qu’elle a été vécue sur le tournage. C’est pourquoi cette ambiance très « famille » transparaît avec sincérité et jovialité, le rôle de chacun ayant été écrit avec soin par le réalisateur pour coller au plus juste avec le caractère des acteurs et leurs permettre de s’amuser en poussant aux extrêmes parfois leurs traits de caractère ou ceux qu’on leur prête.




Clin d’oeil évident et respectueux à Sautet, Marc Esposito avoue sa fascination pour les grands « films de copains » des années 70, notamment Vincent, Paul, François et les autres, Les choses de la vie, ou encore dans le même registre Yves Robert et Un éléphant ça trompe énormément. On discerne aussi dans Le coeur des hommes un hommage lumineux aux comédies d’Alberto Sorti et d’autres grands auteurs de la comédie italienne.
Le casting est composé de Gérard Darmon, récemment nominé aux César pour son hilarante composition d'architecte égyptien dans Astérix 2, Bernard Campan, lui-même nominé pour son premier rôle dramatique dans Se souvenir des belles choses, Jean-Pierre Darroussin, chouchou du public (Marie-Jo et ses deux amours, Ah!si j'étais riche!) et le chanteur Marc Lavoine, dont ce n'est pas la première apparition au cinéma (L'enfer, Cantique de la racaille).
Tout comme 15 août, sorti lui-même au printemps (il y a deux ans), ce film devrait séduire la même cible : un beau potentiel puisque le film de Patrick Alessandrin avait attiré 1 400 000 spectateurs. Le film d'Esposito devrait être en plus bien soutenu par ses anciens collègues (une couverture de magazine, ça sent le copinage). En attendant Klifa et Parent, deux journalistes maison qui sont aussi passés derrière la caméra.
 
romain / vincy
 
 
 
 

haut