Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


© Wild Bunch  

Production : Pan Européenne
Distribution : Wild Bunch Distribution
Réalisation : Zabou Breitman
Scénario : Zabou Breitman, Agnès de Sacy
Montage : Richard Marizy
Photo : Michel Amathieu
Format : 1.85
Décors : Pierre Quéfféléan
Son : Michel Kharat
Musique : Laurent Korcia, Liviu Badiu
Costumes : Nathalie Lecoultre
Maquillage : Marie-Anne Hum
Durée : 114 mn
 

Bernard Campan : Frédéric
Charles Berling : Hugo
Léa Drucker : Frédérique
Eric Prat : Guillaume
Jacqueline Jehanneuf : Jacqueline
 

se souvenir des belles choses
 
 
L'homme de sa vie


France / 2006

11.10.2006
 

Zabopu Breitman




Elle a choisi de réaliser un film contemplatif dans un cadre esthétique qui lui permet de planter un climat naturaliste et romantique. Pour elle le sujet de l’homosexualité n’est qu’un moyen. Il permet d’ouvrir sur l’anti-conventionnel. « Il s’agit d’une minorité et les minorités ont à mon sens un rôle primordial. Elles nous rappellent qui nous sommes. La minorité est le joyeux, le petit cœur, en chacun de nous. ».

Une des réussites du film réside dans la mise place de son cadre. « Les tableaux qui amorcent le film n’étaient pas écrits au scénario. Ils se sont imposés au cours du tournage. La nature, les décors étaient si beaux que j’ai eu envie de les montrer vides, comme si les hommes les avaient désertés ou plutôt, pas encore investis. De m’y attarder. Ce qui confère au film un aspect un peu contemplatif. En contradiction apparente avec ma personnalité » Pour ce qui est du jeu des deux acteurs, Charles Berling et Bernanrd Campan, la réalisatrice a donné cette ligne directrice : « Frédéric n’a jamais vu quelqu’un comme Hugo et Hugo n’a jamais vu quelqu’un comme Frédéric ». Cette indication était en quelque sorte le fil rouge pendant tout le tournage.

Zabou Breitman a eu recours à la co-écriture une nouvelle fois avec ce film. « J’adore co-écrire. Je trouve ça magnifique. Agnès m’a poussé dans mes derniers retranchements, me forçant à répondre à des questionnements auxquels je résistais. Je n’y arrivais pas. Elle m’a ainsi conduite à prendre des options que je n’aurais jamais prises sans elle. Et puis, en plus de son humour et de son intelligence, elle a une qualité primordiale, la bienveillance ».

Charles Berling et Bernard Campan
Tous deux ont déclaré avoir beaucoup appris sur ce film qui a opéré une transformation en eux.

Charles Berling a répondu à Zabou Breitman qui lui a fait la proposition du rôle en lui proposant le scénario : « Si tu le donnes à quelqu’un d’autre je te tue ! ». C’est dire combien Berling s’est senti investi dans ce projet « qui le concernait intimement ». Ce qui l’a intéressé dans ce film c’est qu’il l’a poussé à être réaliste dans la vie et à se poser la question « être ne couple ou non ». Cette histoire « m’a donné une lucidité à laquelle je ne peux échapper ».
Quant à Bernard Campan il explique s’être laissé porté par la direction de Zabou et son désir. Le fait de s’être plongé dans le personnage de Frédéric a opéré de grands bouleversements en moi. « Les personnages sont en quête d’identité/ Et cette quête m’a conforté dans l’idée que réduire l’homme à une image, toute bonne ou toute mauvaise, l’éloigne de l’humain. Je me demande si je ne suis pas un peu hermétique à certaines choses et si, grâce à ce film, je ne me serais pas ouvert ».
 
pierre
 
 
 
 

haut