Hyena, Prix du jury à Beaune et prix d'interprétation masculine aux Arcs, est un polar très noir, aussi violent que désespéré. Une plongée dans l'enfer londonien filmée caméra à l'épaule comme pour mieux nous cogner.



A la poursuite de demain
Bien de chez nous
Certifiée Halal
Christina Noble
D'amour et de dettes
Girls Only
Goodnight Mommy
Irvin yalom, la théorie du bonheur
Jet lag
La cité muette
La loi du marché
La Tête haute
Les lettres portugaises
Mad Max: Fury Road
Naruto the Last
Refugiado
Trois souvenirs de ma jeunesse
Un voisin trop parfait
Une femme iranienne



Selma
Dear White People
A trois on y va
Sea Fog: Les clandestins
Taxi Téhéran
En route!
Jauja
Beyond Clueless
Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence
Hyena



Cinquante nuances de Grey
American Sniper
Birdman (ou la surprenante vertu de l'ignorance)
The Voices
Divergente 2: L'insurrection
Still Alice
Un homme idéal
Cendrillon
Diversion
Voyage en Chine
Indian Palace: Suite royale
Journal d’une femme de chambre
Fast & Furious 7
San Francisco 1985
Shaun le mouton
Les châteaux de sable
Suite française
Cake
Dark Places
Jamais de la vie
The Humbling
Lost River
Pourquoi j'ai pas mangé mon père
Une belle fin
Enfant 44
En équilibre
La promesse d'une vie
Good Kill
Every Thing Will Be Fine
Avengers: L'ère d'Ultron
10.000 km
Blind
Le tournoi
Connasse, princesse des coeurs
On est vivants
L'épreuve
Les jardins du Roi
Un peu, beaucoup, aveuglément






 (c) Ecran Noir 96 - 15


  

Production : Columbia Pictures, Alameda Films, Blu Films
Distribution : Columbia TriStar
Réalisation : Carlos Carrera
Scénario : Vicente Lenero, d'après le livre d'Eça de Queiroz
Montage : Oscar Figueroa
Photo : Guillermo Granillo
Musique : Rosino Serrano
Durée : 119 mn
 

Gael Garcia Bernal : Amaro
Sancho Gracia : Père Benito
Ana Claudia Talancon : Amélia
Angélica Aragon : Sanjuanera
 

 
 
El crimen del Padre Amaro (Le crime du Père Amaro)


/ 2002

30.04.03
 

Film phénomène en son pays, il a emporté 9 Ariel (l'équivalent local des César) parmi 13 nominations. Sans oublier la prestigieuse nomination à l'Oscar du meilleur film étranger. Ce Crime a causé un scandale au Mexique, pays profondément catholique. La France est blasée. La sortie sera sans doute plus discrète.




A l'origine, il y a un roman du diplomate portugais, José Maria Eça de Queiroz, publié en 1875. "Le crime du padre Amaro est l'histoire d'une âme bonne, d'un jeune homme aux intentions pures, d'un homme de foi, qui se trouve peu à peu corrompu et en vient à trahir son idéal". Le scénariste, l'écrivain Vicente Lenero, a transposé l'action dans la province d'Aldama, dans le Mexique contemporain. Epaulé par les producteurs Alfredo Ripstein et Daniel Birman Ripstein, le réalisateur Carlos Carrera savait qu'il maniait une bombe dans un pays où Dieu est intouchable.
Le cinéaste a reçu de nombreux prix auparavant : Palme d'or du court métrage en 94 (avec un court animé), Prix du meilleur premier film à Montréal en 91, Montgolfiere d'or à nantes en 95, ... Sans compter ses sélections à Venise, Locarno, San Sebastian...
Il a engagé l'acteur le plus "tendance" du moment : Gael Garcia Bernal. Il sera Che Guevara pour Walter Salles, la star du prochain Almodovar. Il fut la révélation d'Amours chiennes, l'acteur principal du hit Y tu mama tambien, et un second-rôle recherché pour des productions hollywoodiennes. Ne serait-ce que pour lui, il faut aller voir Amaro. Et pour la superbe écriture de Queiroz, il faut lire le roman.
 
vincy
 
 
 
 

haut