alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



2040
Chut...!
Cyrille, agriculteur, 30 ans, 10 vaches...
Dark Waters
Invisible Man
Judy
Juste Sam
L'etat sauvage
Lara Jenkins
Le fils d'un roi
Lucky
Mine de rien
The Boy



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 27

 
La mémoire dans la peau (The Bourne Identity)


USA / 2002

25.09.02
 



LE PROFESSIONNEL





«- Comment t'oublier? Tu es la seule personne que je connaisse.»

Il existe une grande tradition méconnue dans le cinéma américain, celle du polar paranoïaque : lorsque le héros est à la fois chasseur (de vérité) et chassé (par les méchants), tout en étant situé au coeur d'un immense mensonge. North by Northwest en est la quintessence. Mais nous pouvons aussi faire le lien avec Le Fugitif, Sens unique, ou encore Minority Report. Le héros est traqué par ses propres chefs, acculé dans des impasses, piégé par le système dans un labyrinthe initiatique. Il est normal que le genre soit revigoré par notre époque : nous n'avons jamais été autant manipulés, observés, surveillés, culpabilisés. Chercher à échapper au système c'est une façon de rejoindre une forme de lucidité et de connaissance de soi.
The Bourne Identity est une très bonne surprise. Avec un scénario solide qui n'abrutit pas le spectateur, quelques passes d'armes admirables et des personnages consistants, la production hollywoodienne dénote de ses rivales. Les séquences d'action sont captivantes et dynamiques. Mais le plus passionnant est l'aspect psychologique qui enrichit le suspens macchiavélique. Avec un couple ni vraiment beau ni vraiment banal, mais judicieux et audacieux, le film n'hésite pas à explorer deux personnalités aussi étranges qu'attirantes. Potente apporte une épaisseur et une fragilité hésitante qui est rare dans le cinéma d'action, loin des blondes hystériques ou des névrosées à dépuceler. Quant à Damon, il continue à jouer les prodiges mal dans leur peaux. Il passe de l'air hagard et paumé au regard certain de trouver sa voie à défaut de retrouver le chemin. Surdoué Will Hunting, talentueux Monsieur Ripley, le voici génial et astucieux anonyme Bourne. La fin apparaît du coup totalement logique et complètement crédible, malgré ses allures romanesques.
Bourne Identity s'amuse aussi avec nos nerfs, variant les décors, accélérant le rythme quand il le faut, jouant au chat et à la souris avec les indices. Si les détails font apparaître quelques erreurs dans les cohérences géographiques, on reconnaîtra un grand souci de perfectionnisme quant à l'utilisation de l'Europe comme cadre de ce script. Une Europe un peu datée artistiquement (très années 70) regretteront certains. Mais ce cliché du film d'espionnage fait aussi parti d'un plaisir intemporel dans le cinéma américain : celui de l'exotisme des situations et la complexité des interactions.
Dans le registre, «l'ennemi est à l'intérieur», à partir d'un objectif plasible (faire de certains hommes des machines à tuer), on se retrouverait presque en terrain familier, entre complots politiques et opportunisme individuel.
Bizarrement dénué de morale, le film place juste l'humain au dessus de toute cette mécanique. Ce qui en soi est déjà bien. C'est ce qui explique tous ces beaux moments de silence et de non dits, d'actes altruistes et de don de soi, entre ces deux personnes qui n'ont rien à perdre, si ce n'est découvrir leurs sentiments au milieu de cette tumultueuse odyssée.
 
vincy

 
 
 
 

haut