Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


Warner  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 35

 
Rumor has it... (La rumeur court...)


USA / 2005

11.01.06
 



BACHELORETTE





"- J'adore les vols en avion. Ce sont les crashs que je déteste."

Original de donner une suite déviée mais pas trop déviante au Lauréat de Mike Nichols. Regrettable que la comédie trop formatée comparée à son modèle manque tant d'audace, de subversion, se reposant trop sur la perversion originelle - un homme se tape la mère puis la fille, et finalement la petite-fille.
Rob Reiner n'a pas poussé le vice assez loin. Comme s'il était incapable de constater autre chose que le conservatisme triomphant de notre époque, incapable de bouger les lignes d'un conformisme cinématographique ambiant. Aussi nous avons le droit à une sitcom cinématographique : des plans en champs contre champs, des répliques qui font mouche, la star de Friends; Jennifer Aniston, qui nous fait du Rachel grand écran, larmes et regards taquins inclus.
Tout est à l'avenant jusqu'au final convenu. Le plaisir n'est pas absent de cette comédie romantique cousue de fil blanc. Costner, transparent en ex-Beau et ancien bellâtre, se moque de son image. Ruffalo en est encore à jouer les prétendants, à mi-chemin entre Ben Stiller et Matthew McConaughey. Aussi ce sont les femmes qui marquent à la culotte, Shirley MacLaine en tête. Il fallait bien une comédienne de sa trempe pour faire croire à une Mrs Robinson convaincante, entre vulgarité lubrique et pragmatisme impertinent.
C'est ce qui nous amène à penser que Rumour has it est prometteur durant toute la première moitié, en flirtant du côté de l'amoralité, en réutilisant à bon escient les codes (y compris musicaux) de son modèle des sixties. Mais comme toute rumeur, la réalité, ou plutôt la volonté du cinéaste de ré-ancrer son récit dans une crédibilité factuelle, dégonfle le soufflé.
Il aurait peut-être fallu plus de frivolité, ou sortir du carcan des studios pour réaliser un délire plus libéré, usant davantage de charme et de fantasme que de raison. Rumour has it demeure un hommage au cinéma d'antan, à un Hollywood révolu, entre Casablanca, Douglas Sirk, et les références à Katherine Ross. Un vaudeville mineur où l'hystérie est créée par des névrosés issus d'une génération qui n'a toujours pas assumé ses responsabilités. "Ce n'est pas Le lauréat, c'est Délivrance!"
 
vincy

 
 
 
 

haut