Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 229

 
The Game


USA / 1997

12.11.97
 



JEU DE ROLE PAS DROLE





Un suspens perturbant, paranoïaque, à propos d'une forme extrême d'invasion dans la vie privée. The Game est un film-Mastermind de haut calibre.
Fabriqué avec une précision distante et dominante par David Fincher - dans son prmeier film depuis le jackpot Seven - cette plongée inhabituelle dans un monde ambigüe de passe-temps flous (sans règles apparentes) génère une intrigue intello froide. Résultat: cela va éveiller les sens des technos, nerds et autres suiveurs de tendances, et non pas ceux d'un public de masse.
The Game projette le même sens d'étouffement, d'enfermement et de désespoir que Alien 3 ou Se7en. Le style sera inévitablement comparé à Stanley Kubrick de par une technique maitrisée et mécanique, une vue du monde plutôt désenchantée, le tout au service d'une histoire ressemblant à un puzzle complexe et une narration qui implique le spectateur.
 
vincy

 
 
 
 

haut