Sara Forestier passe derrière la caméra pour son premier long métrage M, un film bancal, imparfait, naïf, fragile mais empli d'une irrépressible envie de faire du cinéma. La jeune comédienne a fait du chemin depuis L'Esquive et son prix de jeune espoir féminin en... 2004.



Ben Affleck
Halle Berry
Cate Blanchett
Sandrine Bonnaire
Jeff Bridges
Pierce Brosnan
Henry Cavill
Jackie Chan
Suzanne Clément
Daniel Craig
Benedict Cumberbatch
Anaïs Demoustier
Catherine Deneuve
Gérard Depardieu
Emilie Dequenne
Emmanuelle Devos
Albert Dupontel
Vincent Elbaz
Adèle Exarchopoulos
Colin Farrell
Colin Firth
Eva Green
Chris Hemsworth
Tom Hiddleston
Anthony Hopkins
Jeremy Irons
Nicole Kidman
Diane Kruger
Shia LaBeouf
Benoît Magimel
Kad Merad
Ezra Miller
Julianne Moore
Julianne Moore
Liam Neeson
Vincent Perez
Joaquin Phoenix
Mark Ruffalo
Matthias Schoenaerts
Emmanuelle Seigner
Steven Soderbergh
Channing Tatum
Mélanie Thierry
Karin Viard
Michelle Williams
Kate Winslet



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz





 (c) Ecran Noir 96 - 17

   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 5749Cote : 53 %

 
ZEM LE ZEN





En moins de dix ans, Roschdy Zem est devenu l’un des meilleurs acteurs français. Et l'un des plus sollicités. Par un choix de carrière, préférer les petits films intéressants aux grosses productions, il a su imposer son sourire charmeur et sa stature imposante.
Il ne découvre le théâtre qu’à 20 ans et débute sa carrière de comédien en brûlant les planches des scènes parisiennes. Après une figuration dans Les Keufs de Josiane Balasko en 1987, il décroche presque par hasard, - il accompagnait une amie à un casting-, le rôle de Said dans J’embrasse pas d’André Téchiné. Ce grand réalisateur est convaincu du talent de comédien du jeune homme et l’engage pour son film suivant, Ma Saison Préférée.

Sa carrière sera définitivement lancé en 1995 avec deux interprétations importantes : celle de dealer de crack dans le sombre N’Oublie Pas Que Je Veux Mourir de Xavier Beauvois, prix du jury à Cannes et celle d’ami de Sandrine Kiberlain dans En Avoir Ou Pas, premier film remarqué de Laetitia Masson.
Dès lors, Roschdy Zem va enchaîner les rôles, sans jamais se démarquer d’une ligne de conduite : prendre des risques et privilégier les auteurs au cachet. A part dans Le Plus Beau métier Du Monde de Gérard Lauzier, on l’admire dans des films confidentiels, dans Le Coeur Fantôme de Philipppe Garrel ou le techno Clubbed To Death de Yolande Zauberman par exemple.
D’origine marocaine, deux films lui tiennent particulièrement à coeur : L’Autre Côté de la Mer, premier film de Dominique Cabrera, interrogation sur l’Occidentalisation du Magreb et l’identité culturelle et Vivre Au Paradis de Bourdem Guerdjou. Pour ce dernier film, il joue le rôle principal, celui de Lakhdar, un immigré algérien qui découvre que la France n’est pas le pays de ses rêves. Ne parlant pas un mot de la langue arabe, Roschdy Zem a réappris sa langue maternelle et s’est débarrassé de sa posture « parisienne », retrouvant la démarche de son père pour gagner en naturel. «Je n'ai pas dit ça à grand monde mais c'est de lui que je me suis inspiré pour le rôle de Lakhdar. Il m'a servi de guide, physiquement. Par exemple pour corriger ma démarche pseudo-parisienne, épaules qui tombent, les pieds à la dix heure dix. Mon père marche droit, les épaules redressées. Quand mes frères m'ont vu dans Vivre au paradis, ils on dit : putain, c'est lui !» . Entre temps son père meurt, et il accepte un film endeuillé, Tenja, pour les mêmes raisons : affinités des racines, solidarité à un cinéma émergeant, rôle en adhésion avec sa personnalité.

Malgré sa notoriété naissante, Roschdy Zem reste un acteur fidèle aux réalisateurs qui l’ont remarqué, André Téchiné (Alice et Martin) ou Laetitia Masson (A Vendre) et continue de jouer dans de nombreux premiers films, La Ville de Yousry Nasrallah, Louise Take 2de Siegfried ou encore Stand-by de Roch Stéphanick aux cotés de Dominique Blanc. Son talent est enfin reconnu par la profession, obtenant une nomination au César pour son rôle de rival amoureux sympa dans Ma Petite Entreprise de Pierre Jolivet avec lequel il avait déjà collaboré dans Fred. Il aime passer des marginaux aux fous, des films populaires aux drames intimes. Quel rapport entre son rôle de pûte travestie dans Change moi ma vie et celui du Maréchal Bertrand dans Monsieur N., sans oublier le désopilant Frère Jean dans la comédie Chouchou? Rien, juste son envie de s'amuser. Il désintellectualise ses rôles, rentre dedans. Naturellement.
Il y a quelques années, Roschdy Zem souhaitait vieillir pour obtenir des rôles à la Depardieu. On l'enrôle pour des personnages d'arrière plan ou des caméos. Avec Change moi ma vie, il prouve son talent dans un personnage de composition, tragique, complexe. Il ne lui manque qu'un film très populaire pour que sa carrière amorce un envol mérité. Ca aurait pu être Belphégor, mais certains ont pensé que Diefenthal était plus grand public... Racisme déguisé.
Depuis, il a eu sa revanche. Il a joué les matelots dans un film mystérieux (Ordo), un chauffeur de taxi ou dans des films de samedi soir (Le Raid, Blanche, 36 Quai des orfèvres). Il devient une vedette. Un mec sur qui les producteurs commencent à miser. Petits roles, apparitions amicales, productions à gros marketing, il s'en fout. Il a défriché un terrain, ouvert la voie aux Saïd, Jamel, Selim, Sami... C'est déjà beaucoup.

vincy, yannick


 
 
haut