David Lynch, Lion d'or et Palme d'or, n'a pas tourné de long métrage depuis 2006. Une longue absence. Heureusement il nous a offert une suite à Twin peaks pour la télé. Et on peut voir ses photos fétéchistes dans l'exposition de Louboutin au Palais de la Porte dorée. Il vient aussi de terminer un court métrage. Elephant Man ressort cette semaine en salles.sex shop



Aure Atika
Edouard Baer
Juliette Binoche
Romane Bohringer
Sami Bouajila
Isabelle Carré
Alain Chabat
Anaïs Demoustier
Emmanuelle Devos
Clint Eastwood
Jesse Eisenberg
Colin Farrell
Harrison Ford
Olivier Gourmet
Hugh Grant
Tchéky Karyo
Vincent Lacoste
Chiara Mastroianni
Matthew McConaughey
Ewan McGregor
Yolande Moreau
Margot Robbie
Mark Ruffalo
Adam Sandler
Omar Sy
Omar Sy
Renee Zellweger
Roschdy Zem



Juliette Binoche
Meryl Streep
Uma Thurman
Russell Crowe
Cate Blanchett
Johnny Depp
George Clooney
Michel Serrault
Emmanuelle Béart
Harrison Ford





 (c) Ecran Noir 96 - 20

(c) Wild Bunch   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 14Cote : 25 %

 





ANNA T'AIME

N'est pas Anna Karina qui veut, ou même Carole Bouquet, puisque la Mademoiselle Mouglalis est modèle pour la vénérable maison Chanel. Certes elle a le mystère, la beauté racée, la "brunitude" élégante et fatale. Mais pour le moment l'icône des magazines fashion n'a pas réussi à se muer en papillon étoilé du celluloïd. Trop belle pour le cinéma? Comme toutes les femmes trop fatales : elle a le regard inquiétant, la bouche intrigante, le sourire ensorceleur, la voix sûre, ne supportant pas la soumission, se dévorant pour une passion.
Elle butine en Europe, faute de projets cadrés pour elle en France. La mondaine, elle aime le cinéma parce que ça lui permet sans doute de briller en représentation, a des choix radicalement différents de l'image qu'elle renvoie. Ce paradoxe, pour le moment, ne lui permet pas d'être "populaire". Au contraire, cela la dessert. Pourtant, en 2000, la toute jeune Mouglalis, nantaise d'origine grecque, issue et diplômée du Conservatoire, tape dans l'oeil de Chabrol. Merci pour le chocolat, thriller vampirique et helvétique, la révèle au grand public, malgré le piège tendue par la pro Huppert. Elle y joue du piano, aux côtés de Dutronc qui y joue son pygmalion. C'était avant qu'elle ait de l'allure : "Karl Lagerfeld est mon mentor. Mais je ne suis pas mannequin. J'ai fait le Conservatoire!"

Ackerman, Girod, Odoul... elle navigue dans un cinéma ultra-auteuriste pour ne pas dire confidentiel voire expérimental (La vie nouvelle de Philippe Gandrieux).
Régulièrement les médias branchés la remettent en couverture, comme pour créer un phénomène, qui tarde à venir. Lors de la sortie de Novo, par exemple, fin 2001, où les affiches montraient un beau Noriega la tête entre ses cuisses offertes. Obscur objet de désir. Le prix du désir est sans doute dans cet art de suggérer sans trop dévoiler. Elle y réussit à merveille surtout si elle doit transpirer un peu de dangerosité.
Dans ce labyrinthe sensuel (et sensoriel), elle se glisse dans des univers variés et étrangers (Desplechin en France, Ando en Italie, Koutras et Natsis en Grèce, Santiago en Argentine). Il faut attendre 2005 pour qu'elle revienne nous éblouir, à défaut de nous surprendre. Dans Romanzo Criminale, film italien sauce Scorsese, elle incarne à la perfection une pute (et mère maquerelle) romantique, charnelle et auto-destructrice. Classe. Son jeu n'a rien de transcendant mais elle est convaincante dans le rôle de la beauté vénéneuse du clan.
Finalement, Mouglalis (qui a quand même été mise en scène sur les planches par Olivier Py) sera (re)connue grâce au petit écran. En Simone de Beauvoir, dans "Les amants du Flore". Femme libre penseuse et dopée à l'amour. Entre deux films, les adorateurs pourront toujours se consoler en l'admirant plusieurs fois par an sur les panneaux Decaux ou les quatrièmes de couverture en papier glacé.
Le mélange de romance et de crime qui s'ancre en elle fera naître deux bébés. Une petite fille en 2007 et un grand film en 2008. Le père des deux se nomme Samuel Venchetrit, très beau gosse, ancien compagnon de Marie Trintignant, écrivain, dramaturge et metteur en scène. Gueule de jeune premier chez Visconti, la voix rocailleuse, un poil anar de gauche. Il la sublime en noir et blanc dans J'ai toujours rêvé d'être un gangster, en serveuse allumeuse. Il enflamme la France entière avec une affiche où elle pose nue, allaitant leur gamine, couleurs sépias. Si elle se fait rare, comme un joyau, il semble qu'elle ait enfin trouvé son écrin, son mentor. Mouglalis n'a aucun projet. Comme si le cinéma n'était qu'un accessoire.

vincy


 
 
haut